fbpx Zolamian, Marie | croxhapox

Zolamian, Marie

2007. crox 215. Een Luiks trio: Yannick Franck, Antoine Van Impe en Marie Zolamian. Zaal achterin. De materiaalstock wordt gedeeltelijk ontruimd en proper gezet. Zolamian presenteert er een reeks kleine zwart-wit schilderijen. In de grote zaal, waar een verzameling in een cirkel bijeenstaande bureaulampen de blikvanger is, heeft ze, in dezelfde hoek waar Antoine Van Impe een presentatie met ronde gaten en aanverwante dingen maakte, een muzikale kijkdoos geplaatst.

zondag 27 mei 2007 (crox-box, fragment)

II. Pas respecter les mesures.

Hauteur du marteau: 3,5cm.
Alongement: 204cm.

La conspiration des lampes - le vide à un diamètre de 60cm.

Distance de la projection, vue du côté spectateur, sur un rectangle légèrement paint moins blanc: 50cm.

Distance de la tête du marteau vrai jusqu'à la tête du marteau faux: 76cm.
Distance autrement dit: Rivière. Rivière autrement dit: Maison.

8
x 6cm - plus ou moins le format - délicat, un format délicat - un
format en souriant - le format de les peintures de Marie Zolamian.

Les marteaux pour se promener ont eux-mêmes une longitude de 220cm.

La distance entre le chair à gauche et le chair à droite n'est pas plus que 6m40.

Le trou du bassin blue: un diamètre de 34cm. Le trou coincé entre les jambes d'une fille inconnue: 6cm. Ouverture.
Les haut-parleurs ont un diamètre de 17cm. La distance du bruit.
Les mesures d'un cage: 47x35x36cm.

Le déplacement d'un chair. La mesure n'existe plus.

2009. crox 277-10. Brainbox, tweede editie, unit 10. Is samen met Vadim Vosters en Lucie Renneboog.
2013. crox 435, ECHO. >echo Groepsproject samengesteld en gecoördineerd door Michel Couturier. '...Par le biais de la peinture, de l'installation ou de la vidéo, la plasticienne d'origine arménienne Marie Zolamian (°1975, Beyrouth; vit et travaille à Liège) "écrit sa propre histoire dans une autre langue", aux frontières du fictif et du réel, de l'onirique et du politique. Tandis que ses tableautins sensibles évoquent les peintures d'église arméniennes, l'installation Anonymous Busts (bustes en fonte, isoloirs électoraux, band-son) sort de l'anonymat et réhabilite dans la conscience collective des bustes romains (volés puis retrouvés), en racontant leur transhumance amstellodamoise et leur retour dans la maison communale de Flémalle...' Texte: Sandra Caltagirone. L'Art Même n°58, p.35 (2013).